Cherbet el khotba, un rituel algérien oublié…

 

 

 

algérien

Khalti fatma, notre mémoire…
Jadore écouter ses récits et ses anecdotes sur nos traditions et nos rituels algériens.
Elle nous parle de ces belles choses, qu’on a tendance à oublier.
Aujourd’hui, elle nous parle du rituel de la khotba, la demande en fiançailles en Algérie et c’est cette cherbet ( boisson sucrée) qui annonce cette belle tradition.
Merci ma chère pour toutes ces belles choses partagées avec nous

Cherbet el khotba, un rituel oublié :

nous raviverons les mémoires pour redécouvrir une tradition ancestrale qui s’est perdue à travers les générations.
Il s’agit de la cérémonie de la khotba, la demande en mariage, ou le rituel du cherbet.
Cette tradition ancestrale est typiquement algéroise et date de plusieurs générations.
Elle fait partie du lot de coutumes liées au mariage dans les familles algéroises.
Dès que leur fils atteignait l’âge de convoler en justes noces, ses parents se faisaient un devoir et une joie de lui chercher une mariée qui devrait répondre aux critères d’une union saine et sacrée.
Pour cela, la mère du jeune homme commençait à prospecter d’abord parmi les jeunes célibataires de la famille, puis chez les voisins et amis proches.
Cette tâche n’était pas une mince affaire, et la responsabilité de la mère était très lourde.
Son fils lui faisant une confiance aveugle, il s’agissait pour elle de faire le bon choix en trouvant la femme qui lui plaise.

 

casbahville
Quand le choix était enfin fait, les parents du garçon allaient se présenter chez la famille de l’heureuse élue pour demander officiellement sa main. C’est le rituel de la khotba.
Une discussion sérieuse et conviviale est enclenchée entre les membres des deux familles quant à la personnalité des futurs époux.
Chacune des deux familles se met alors à louer leurs qualités sans, bien sûr, faire la moindre allusion à leurs éventuels défauts.
Les parents de la future mariée présentent alors à la future belle-famille le traditionnel café accompagné de gâteaux préparés pour cet heureux événement.
Si les deux familles sont d’accord pour cette union ;  on présente alors aux invités une boisson fraîche à base d’eau de fleurs d’oranger et de cannelle accompagnée de confiture faite maison.
On dit alors que la mère de la future épouse «trouh thal echerbat», en signe de consentement et d’acceptation de la famille de la mariée à accorder la main de sa fille à ce futur gendre.
Ce n’est qu’après avoir bu cet élixir fait maison que les femmes sont autorisées à faire des you-yous, symbole de bonheur et de joie annonciateur d’un événement heureux.
Hélas, le rituel du cherbat s’est quelque peu oublié, et très rares sont les familles qui pratiquent encore cette tradition de nos jours.

Notez votre adresse email si vous souhaitez ne rater aucune publication:

Il est indispensable de valider l’inscription par la suite sur votre boite mail 😉 merci

5.0 from 1 reviews
Cherbet el khotba, un rituel algérien oublié...
 
Auteur:
type de recette: boisson
Cuisine: cuisine algérienne
temps de préparation:
temps de cuisson:
le temps total:
 
Ingredients
  • 1 litre d’eau fraîche,
  • 1 grand verre d’eau de fleurs d’oranger,
  • 2 à 3 cuillères à soupe de sucre cristallisé (ou plus selon les goûts),
  • 1 cuillère à café de cannelle en poudre,
  • 1 bâton de cannelle
Instructions
  1. Prendre une grande casserole.
  2. Verser l’eau fraîche puis l’eau de fleurs d’oranger.
  3. Remuer avec une cuillère en bois.
  4. Ajouter la cannelle en poudre er remuer jusqu’à ce qu’elle de dilue entièrement.
  5. Ajouter alors le sucre bien mélanger le tout.
  6. Lorsque le sucre s’est tout à fait dilué, transvaser la boisson dans un pichet et laisser refroidir au réfrigérateur.
  7. Servir accompagné de confiture de coings ou de fruits de saison.

La recette

Ingrédients :

1 litre d’eau fraîche
1 grand verre d’eau de fleurs d’oranger
2 à 3 cuillères à soupe de sucre cristallisé (ou plus selon les goûts)
1 cuillère à café de cannelle en poudre
1 bâton de cannelle

Préparation :

Prendre une grande casserole. Verser l’eau fraîche puis l’eau de fleurs d’oranger.
Remuer avec une cuillère en bois.
Ajouter la cannelle en poudre et remuer jusqu’à ce qu’elle se dilue entièrement.
Ajouter alors le sucre bien mélanger le tout.
Lorsque le sucre s’est tout à fait dilué, transvaser la boisson dans un pichet et laisser refroidir au réfrigérateur. Servir accompagné de confiture de coings ou de fruits de saison.

Algérie , Maroc , Tunisie gâteau algérien , boisson , fetes

Commentaires (8)

Je te félicite pour ton passage sur France 2 je suis fière et merci pour tes recettes !!!!

mille merci ma chère, pour ton soutien , bisous

Bonjour Sherazade,
Je navigue souvent sur ton blogue et aujourd’hui au grès de ma promenade je suis tombée sur ce post, je suis fan inconditionnel de charbat, il est sur ma table de ramadan 29/30, j’en sert lorsque je reçoit en été, cela évite les boissons de commerce, et amorce une longue conversation sur les traditions qui se perdent. Cependant dans ma famille, on accueil avec les mariés au retour de la mairie, et ma belle famille a exactement la même tradition.

Voilà pour la petite trace que je souhaitais laisser sur ton blog.
Merci de tes partages.

Bonsoir,

Très joli témoignage qui me touche.
C’est vraiment gentil… et toujours un plaisir de vous lire.

Bonjour,
Ce recit me rappelle des souvenirs. En effet, le jour de mes fiancailles juste apres la fatha ma mere a servi cherbet aux invites. Ce fut un pure moment de bonheur. Nos traditions sont tellement chalereuses et pleines de sens. Merci a toi Sherazad de nous faire voyager avec tes recits et ta cuisine que j’adore meme de la ou je suis.
Bonne continuation.
Ps; dsl pour les accents perdus, je n,ai pas de clavier azerty!

Bonjour,

Je suis vraiment touchée par ton commentaire.
C’est toujours un plaisir pour moi de raviver de merveilleux souvenirs.
Merci

Merci pour votre blog super intéressant. Je ne manque jamais d’y trouver une bonne recette ou des conseils. Mon mari est kabyle, mais nous devons encore vivre à distance un an et demi, puis j’irai m’installer à Béjaia. Vos recettes sont donc très précieuses pour moi qui vit en Europe. Encore un grand merci pour tout ce que vous nous faites partager.

Bonjour Anonyme,

Je suis très émue par votre message.
Ah, la séparation n’est pas toujours simple…
Allez, comme vous le dites, plus que un an et demi… Bougie… quelle magnifique ville.
C’est un honneur pour moi que vous trouviez des recettes qui vous plaisent autant.
J’en suis vraiment fière.
C’est moi qui vous remercie pour votre message.
A bientôt…
Je compte sur vous pour nous donner de vos nouvelles.

Laisser un commentaire:

Laisser un commentaire

Rate this recipe: